SHARE

2 Responses

  1. Bonjour et merci Azza pour votre présentation.
    Le son de la vidéo n’a pas été top sur la fin, si bien qu’on a manqué vos explications sur la problématique qui sous temps la mobilisation des experts. Pouvez-vous clarifier: ont-ils un poids trop prépondérant dans la prise de décision? Quels réseaux d’acteurs pertinents existent pour une approche par les communs appliquée à une nappe aquifère? Quel est le statut de cette nappe (actuel/envisagé)?
    Merci d’avance.
    Koffi Alinon.
    CIRAD.

  2. Bonjour Mr KOFFI,
    Merci pour votre intérêt, concernant la vidéo, j’étais obligée de me limiter à 10 minutes du coup, j’ai supprimé quelques slides avec du song ce qui a affecté malheureusement la qualité de la présentation.La mobilisation du cadre d’analyse des experts dans la gouvernance de l’eau est proposé comme modèle alternatif aux modes de régulations traditionnels (Etat/ marché) en orientant la réflexion vers l’échelle intergouvernementale puisque l’eau fait partie des commons . On ne peut pas parler de réseaux d’acteurs universels pour gouverner une nappe ou un bassin, comme le modèle d’E. Ostrom,chaque cas dépend du contexte, d’après la présentation des participants , j’ai remarqué que le cadre juridique dans certains pays africains est différent du cadre juridique en Tunisie mais si on transpose le modèle SASS, le processus d’auto-gouvernance à l’échelle de la nappe nécessite l’intervention des experts et des représentants des 3 pays. Vous pouvez consulter la thèse disponible en version papier à la bibliothèque de l’université d’Evry et il ya des références bibliographiques sur des rapports et d’autres travaux qui peuvent vous aider . Merci encore. Cordialement. Azza Bchir/ PhD / Enseignante Universitaire

Comments are closed.

Event Sponsor / Commanditaire de l'événement