How to watch video with translated captions
  • EN
  • FR

Management of commons in the context of climate change. Social transactions of a multiplicity of actors at the foundation of success?

Serigne Momar Sarr

Assane Seck University of Ziguinchor, Senegal

This contribution explores the management methods of the commons (fisheries and forestry) among the Niominkas in the Saloum Delta in Senegal. The delta area of ​​the Atlantic coast is rich in biodiversity but weakened by climate change. Socioeconomic and biophysical vulnerabilities Legion. From Ostrom’s perspective from the angle of complexity and ethnoanthropological knowledge, we study the agency of social actors and the formalism of institutional actors around the rules of conservation and exploitation of resources. revealed the political dimension of management due to conflicts of social representations within the normative framework. The results of the field survey show the existence of popular initiatives inherited from the system of pre-colonial authority that reappeared through community organizations of women and young people (FELOGIE and COGRN), nevertheless supported by NGOs, organizations and the local community them in the name of sustainability. The State has created in parallel its management instruments (CLPA and AMP), certainly participatory, but which are more formalization of customary standards than a novelty; thereby creating a grip on the self-supporting community. We perceive through the socio-institutional connectedness of the actors a relationship of action and interaction which can constitute the means of the resilience of the territory. This multiplicity of actors is an asset for the rich mix of public and community institutions, even if the territory would benefit more from having an efficient governance scale to overcome the issues that remain and the challenges that persist. Already, social transactions within community organizations have resulted in the sharing of collective benefits through social investments at the local level that reflect some public action. At the end of all this ambiguous collective action, this results in successful management and, hence, an adaptation to climate change rooted in the historicity of the Niominkas.

Gestion des communs en contexte de changement climatique. Transactions sociales d’une multiplicité d’acteurs au fondement du succès ?

Serigne Momar Sarr

l'Université Assane Seck de Ziguinchor, Sénégal

Cette contribution explorer les modes de gestion des communs (pêcheries et foresterie) chez les Niominkas dans le delta du Saloum au Sénégal. L’espace deltaïque du littoral atlantique est riche en biodiversité mais fragilisé par le changement climatique. Les vulnérabilités socioéconomique et biophysique font légion. Suivant la perspective d’Ostrom sous l’angle de la complexité et du savoir ethnoanthropologique, nous étudions l’agencéité des acteurs sociaux et le formalisme des acteurs institutionnels autour des règles de conservation et d’exploitation des ressources. De là, est révélée la dimension politique de la gestion du fait des conflits de représentations sociales au sein du cadre normatif. Les résultats de l’enquête de terrain montrent l’existence d’initiatives populaires héritées du système d’autorité précolonial réapparu à travers les organisations communautaires de femmes et de jeunes (FELOGIE et COGRN), néanmoins soutenues par les ONG, les organismes et la collectivité locales au nom de la durabilité. L’Etat a créé parallèlement ses instruments de gestion (CLPA et AMP), certes participatifs, mais qui sont plus une formalisation des normes coutumières qu’une nouveauté ; suscitant ainsi une emprise sur l’auto-portance de la communauté. Nous percevons à travers la connexité socio-institutionnelle des acteurs un rapport d’action et d’interaction pouvant constituer le moyen de résilience du territoire. Cette multiplicité d’acteurs est un atout pour le riche mélange d’institutions publiques et communautaires même si le territoire gagnerait plus à se doter d’une échelle de gouvernance efficiente pour venir à bout des enjeux qui demeurent et des défis qui persistent. Déjà, les transactions sociales à l’intérieur des organisations communautaires aboutissent au partage des bénéfices collectifs par des investissements sociaux au niveau local qui témoignent d’une certaine action publique. Au terme de toute cette action collective ambiguë, il en résulte un succès de la gestion et, par de là, une adaptation au changement climatique ancrée dans l’historicité des Niominkas.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

SHARE

One Response

  1. Bonjour et félicitation Serigne pour votre présentation tout à fait clair.
    J’ai une réflexion qui me vient à l’esprit et qui se réfère à votre référence aux retombées économiques partagées suite à la gestion concertée de cet écosystème particulier. Toutes les composantes de la communauté en ont pour leur compte? qui perd ou qui gagne dans le processus. Sur un autre plan quel engagement de l’Etat ou des organes décentralisés en appui aux projets à part les mécanismes internationaux de la finance climat?
    Merci d’avance.
    Koffi Alinon
    CIRAD.

Leave a Reply

You must be logged in to leave a comment. 

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.

You need an IASC membership to log in. Not an IASC member yet? View membership options here.

Vous devez être membre de l’IASC pour vous connecter. Pas encore membre de l’IASC? Voir les options d’adhésion ici.

Event Sponsor / Commanditaire de l'événement

blank